Vous sortez dîner dans un restaurant avec une atmosphère plus calme, plus tamisée, propice à s’attarder autour d’un repas, à partager un verre de vin et vous parcourez le menu pendant quelques minutes avant que l’un d’entre vous ne dise finalement : « Je ne vois rien du tout. Pourquoi écrivent-ils si petit ? »

Après avoir lutté encore quelques minutes, vous devez attraper des lunettes de lecture ou une loupe de la taille d’une carte de crédit qui tient dans un portefeuille.

Ce peut être le fléau de la quarantaine : le besoin d’avoir des lunettes de lecture à portée de main. Les lunettes de lecture ne sont amusantes pour personne. La plupart d’entre nous éprouvent le besoin de porter des lunettes de vision de près une fois que nous atteignons le début ou le milieu de la quarantaine.

Qu’est-ce que la presbytie ?

Habituellement, vers l’âge de 43 à 45 ans, les patients commencent à remarquer qu’ils ont besoin de tenir les choses plus loin et qu’ils ont besoin de plus de lumière.

Le nom de ce phénomène fâcheux est Presbytie, qui signifie littéralement « vieil œil ». Ces changements liés à l’âge se produisent à l’intérieur des protéines du cristallin, ce qui rend le cristallin plus dur et moins élastique avec le temps. Des changements liés à l’âge se produisent également dans les fibres musculaires entourant le cristallin. Avec moins d’élasticité, l’œil a plus de difficulté à se concentrer de près. La presbytie touche près de 1,7 milliard de personnes dans le monde, et ce nombre devrait atteindre 2,1 milliards d’ici 2020. Pour cette raison, la chirurgie de correction de la presbytie est un marché important et les ophtalmologistes tentent toujours de trouver la réponse parfaite à ce vieux problème ennuyeux.

Les lunettes de lecture à partir de la quarantaine

Presbytie Lecture

Bien que l’objectif soit encore clair comme du cristal à ce stade, le problème initial est de l’amener à se concentrer pour la lecture. C’est ce qu’on appelle le stade 1 du syndrome des lentilles dysfonctionnelles. Pendant l’étape 2, l’objectif commence à jaunir et devient un peu flou. À l’étape 3, les liaisons disulfure s’accumulent tellement qu’elles bloquent les rayons de lumière et provoquent une cataracte.

Heureusement, pour ceux qui en sont aux premiers stades de la presbytie, il existe une variété d’options qui peuvent aider à minimiser ou même à éliminer le besoin de lunettes de lecture. Il s’agit notamment :

  • des dispositifs d’incrustation cornéenne,
  • de la chirurgie réfractive d’un œil pour aider à la lecture,
  • des options de gouttes ophtalmiques actuellement testées dans le cadre d’essais cliniques qui promettent d’améliorer temporairement le travail en gros plan.

Comment améliorer votre vision sans lunettes correctrices

Les lunettes à trous d’épingle aiguise la vision

Lunettes Trous Epingle

Les lunettes à trous d’épingle sont des lunettes de correction de vision dont les verres sont pleins d’une grille de trous minuscules. Ils aident vos yeux à se concentrer en protégeant votre vision des rayons indirects de la lumière. En laissant moins de lumière dans l’œil, certaines personnes peuvent voir plus clairement. Les verres à trous d’épingle sont aussi appelés verres sténopéiques.

Les verres à trous d’épingle ont plusieurs usages. Certaines personnes les utilisent pour traiter la myopie. D’autres personnes les portent pour essayer d’améliorer l’astigmatisme.

La chirurgie réfractive

Si vous souffrez d’une erreur de réfraction, comme la myopie, l’hypermétropie, l’astigmatisme ou la presbytie, la chirurgie réfractive est une méthode pour corriger ou améliorer votre vision. Il existe diverses procédures chirurgicales pour corriger ou ajuster la capacité de mise au point de l’œil en remodelant la cornée, ou un dôme rond clair et transparent à l’avant de l’œil. D’autres procédures impliquent l’implantation d’une lentille à l’intérieur de l’œil. Le type de chirurgie réfractive le plus répandu est le LASIK (kératomileusis in situ assisté par laser), où un laser est utilisé pour remodeler la cornée.

Pour les myopes, certaines techniques de chirurgie réfractive réduisent la courbure d’une cornée trop raide, de sorte que la puissance de mise au point de l’œil est réduite. Les images qui sont mises au point devant la rétine, en raison d’un œil plus long ou d’une courbe cornéenne raide, sont poussées plus près de la rétine ou directement sur celle-ci après l’intervention.

Les personnes hypermétropes subiront des interventions de chirurgie réfractive qui permettent d’obtenir une cornée plus raide afin d’augmenter le pouvoir de concentration de l’œil. Les images qui sont mises au point au-delà de la rétine, en raison d’un œil court ou d’une cornée plate, seront rapprochées de la rétine ou directement sur celle-ci après la chirurgie.

L’astigmatisme peut être corrigé par des techniques de chirurgie réfractive qui remodèlent sélectivement des parties d’une cornée irrégulière pour la rendre lisse et symétrique. Le résultat est que les images se focalisent clairement sur la rétine plutôt que d’être déformées par la diffusion de la lumière à travers une cornée de forme irrégulière.

La chirurgie réfractive pourrait être une bonne option pour vous si vous :

  • Vous voulez réduire votre dépendance à l’égard des lunettes ou des lentilles cornéennes ;
  • Êtes exempt de maladies oculaires ;
  • Acceptez les risques inhérents et les effets secondaires potentiels de la procédure ;
  • Comprenez que vous pourriez encore avoir besoin de lunettes ou de lentilles de contact après l’intervention pour obtenir votre meilleure vision ;
  • Avez une erreur de réfraction appropriée.

Inlays KAMRA pour la presbytie

Les inlays Kamra d’AcuFocus ont été vendus et autorisés à l’utilisation dans l’UE depuis 2010 et commercialisés dans 33 pays au total. L’incrustation se trouve dans le lit stromal (stroma montré à gauche) qui est l’une des couches de la cornée. Plus petite et plus fine qu’une lentille de contact, l’incrustation est un mini-anneau avec une ouverture – ou un trou d’épingle – au centre. Ce trou d’épingle ne permet qu’à la lumière focalisée d’entrer dans votre œil. Votre œil non-KAMRA n’est pas touché.

Le Kamra change l’optique de la cornée de sorte que c’est comme rétrécir le diaphragme (l’ouverture) d’un appareil photo. L’incrustation Kamra s’adresse principalement aux personnes dont les lentilles commencent à peine à se raidir mais sont encore claires, ce qui en fait une option pour les personnes âgées de 45 à 55 ans. Si l’objectif devient déjà flou, l’incrustation Kamra ne fera que réduire davantage la lumière.

Il ne convient qu’aux patients qui ont une très bonne vision de loin non corrigée, sinon le LASIK est disponible pour corriger la vision de loin de cette personne avant de subir l’implant cornéen. L’intervention se fait à l’aide d’un laser pour créer une petite poche à l’intérieur de la cornée, puis en insérant l’inlay KAMRA.

L’idée derrière l’insertion de cette lentille minuscule dans la cornée est de créer un effet de trou d’épingle pour les patients, en minimisant la quantité de lumière entrant dans l’œil et en permettant au patient de se concentrer sur des objets proches tels que son téléphone portable, sa tablette, son livre, son journal etc. Il est censé fonctionner sur le même principe qu’une petite ouverture de caméra en augmentant la profondeur de champ. L’ouverture dans l’incrustation permet seulement de focaliser la lumière dans l’œil, vous permettant ainsi de voir de près, de loin et tout ce qui se trouve entre les deux.

L’inlay Kamra est placé dans un seul œil dans un centre de chirurgie au cours d’une intervention ambulatoire de 10 à 15 minutes.

La technique de la vision mixte

Une autre option pour certains patients peut être la « vision mixte », dans laquelle un œil est ajusté pour permettre la lecture tandis que l’autre est corrigé pour la distance. Dans la vraie monovision, un œil est entièrement corrigé pour mieux voir de près et l’autre pour mieux voir de loin. Dans le cas d’une vision mixte, il y a moins de différence entre les yeux, de sorte que les deux ordonnances se fondent confortablement l’une dans l’autre.

La correction de la vision mélangée, aussi connue sous le nom de mini-monovision, peut être effectuée au moyen d’une intervention au laser comme le LASIK ou la PRK (kératectomie photoréfractive) ou d’une technique appelée SMILE (extraction de petites incisions des lentilles).

Avec le LASIK et le PRK, un laser excimer est utilisé pour remodeler la cornée afin de permettre aux gens de lire plus facilement. Avec SMILE, un laser femtoseconde découpe un morceau de tissu sous la surface, qui est ensuite enlevé par une petite incision.

Dans certains cas, cette vision mélangée, dans laquelle un œil est laissé légèrement myope, peut fournir aux patients une vision suffisante en lecture pour les rendre heureux. Dans d’autres cas, cependant, cette procédure peut n’être que la première étape avant l’implantation de l’inlay Kamra.

L’approche de la vision mixte peut fonctionner chez les patients jusqu’à l’âge de 60 ans environ. Même après cela, il peut suffire de donner aux gens une bonne vision intermédiaire et de loin et de leur permettre de voir leur écran d’ordinateur ou le tableau de bord de leur voiture.

La vision mixte n’est pas non plus couverte par l’assurance. Une fois le LASIK terminé, cela représente environ 1 950 $ par œil.

Gouttes ophtalmologiques testées

Les gouttes ophtalmiques constituent une approche non chirurgicale testée dans le cadre d’essais cliniques. Il existe actuellement deux types de gouttes autorisées. Leur disponibilité s’étend sur plusieurs années, et il est trop tôt pour dire combien elles coûteront, mais elles pourraient être une excellente option pour les personnes qui veulent une solution moins invasive.

La première série de gouttes ne fait que réduire la taille de vos pupilles. Les gouttes utilisent le même principe d’optique à trous d’épingle que l’inlay Kamra pour augmenter la profondeur de champ du patient. L’idée est de mettre les gouttes dans les deux yeux pour permettre une meilleure lecture pendant une période de quatre à huit heures.

Un autre type de collyre vise à contrecarrer le processus qui raidit la lentille et lui permet d’être plus souple. Un essai clinique portant sur 75 patients a montré une amélioration mesurable de la vision de près avec ce type de collyre. On s’attend à ce que ces résultats se traduisent par une réduction de l’âge des yeux d’environ cinq ans. Donc, si quelqu’un a 50 ans, les yeux redeviendront ce qu’ils étaient, disons, à 45 ans. Cependant, il faudrait environ 400 patients pour le confirmer.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *